Follow:
RUNNING

Mon histoire avec le sport

Bonjour les copains !
Après vous avoir sondé sur Instagram (et avoir eu plus de 90% de réponses positives) sur votre envie de lire un article reprenant tout mon parcours sportif jusqu’à aujourd’hui, je vous retrouve avec celui-ci.
Vous êtes prêts ? LET’S GO !

Je trouve que j’ai beaucoup de chance car j’ai été élevé dans une famille de sportif. Basket-ball du côté de mon père (qui a été jusqu’à un très bon niveau d’arbitrage), gymnastique et course à pied du côté maternel. Mes soeurs et moi avons toujours accompagné nos parents dans leurs aventures: on dessinait dans la salle où ils jouaient au volley, on encourageait maman pendant ses nombreuses courses tel que Marvejols-Mende, le marathon de Paris, les 10KM de Paray-le-Monial et le fameux Tour du Canton de Gueugnon (où nous allons toujours courir en famille et entre amis depuis notre plus jeune âge).
Pour ma part, j’ai commencé par de la danse classique et du baby basket. Ensuite je me suis inscrite au judo et j’ai fais quelques années de gymnastique (jusqu’à la fin du collège). Tous les étés, pendant 11 ans, nous faisions de la natation en compétition. En troisième, j’ai voulu réessayer le basket puis j’ai changé pour tester l’athlétisme (mais ça n’a pas duré).

J’étais, pendant toute ma scolarité, inscrite à l’UNSS: handball, GRS, badminton, option sport au BAC… Bref, j’ai eu la chance de tester de nombreux sports très variés !
Etudiante infirmière, j’ai même tenté le modern jazz avec une amie.
Je me suis également engagée dans les Jeunes Sapeurs Pompiers, lorsque j’étais au collège, où nous pratiquions pas mal de renforcement musculaire, parcours sportifs, montée de corde et puis, bien entendu, le cross des pompiers ! J’ai arrêté mon activité de stagiaire Sapeur Pompier Volontaire lors de ma troisième année d’étude infirmière. Je n’arrivais plus à tout mener de front.

J’ai pratiqué beaucoup d’activités différentes mais une seule m’a toujours suivie: le running.
Finalement, je n’ai jamais vraiment arrêté de faire du sport. J’ai ralenti la cadence au début de mes années d’étudiante (je préférais me défouler en boîte avec mes amies).
Les deux premières années à Lyon je courrais moins de deux fois par mois.
J’ai découvert la nourriture industrielle (plutôt que les bons repas équilibrés de ma maman) le bonheur de pouvoir manger tout ce qui je désirais. Mon repas préféré ? les pâtes aux gruyères (ou plutôt le gruyère aux pâtes).

J’ai la chance d’avoir un bon métabolisme et de ne pas avoir pris beaucoup de poids à ce moment là. J’ai tout de même vu mon corps changé et pour la première fois de ma vie je n’étais pas à l’aise avec celui-ci. Je ne me sentais pas grosse mais je n’aimais pas mes hanches et mes cuisses, je n’aimais pas être moulée dans une robe ou un t-shirt. Je me sentais molle, j’avais perdu le tonus des mes jambes, de mon ventre, mon dos musclé par la natation et le renforcement musculaire pratiqué chez les pompiers.

Je crois que c’est à ce moment là afin de me sentir mieux dans mon corps, pour me remuscler et retrouver la forme que je suis allée courir plus régulièrement.
J’ai commencé à courir une fois par semaine.
Et puis je me suis prise au jeu: j’allais souvent courir au Parc de la tête d’or et mon but était de courir de plus en plus vite sur le tour du Parc de 3.8 KM. Je me challengeais avec les personnes devant moi, j’essayais de les rattraper et de ne pas me refaire doubler ensuite.
Enfin, j’ai été diplômée et j’ai commencé mon travail d’infirmière en service hospitalier. Je décide, à ce moment là, de me mettre plus sérieusement à la course à pied.
J’avais un compte instagram que j’alimentais très peu puis je me suis intéressée aux hashtags et à la communauté du running.
Un mois après le début de mon parcours professionnel je réalise mon premier 10 km en compétition lors de la Run In Lyon. Je le finis environ en 56min.
Je continue de partager mes sorties running avec des hashtags dont celui du «happyrunningcrew » et admire Chloé sa créatrice toujours si souriante et motivée. Elle me donne envie de progresser.
Un sport individuel qui devient, à mes yeux, collectif grâce à Instagram.

crédit photo: @adrien_aem

Je suis connectée: instagram, applications (au début j’utilisais runtastic, puis Nike+ et maintenant Strava: pseudo Margot Dvrgn), montre GPS (une des premières Garmin, la Polar M430 et maintenant la Garmin Fenix 5S) et musique dans les oreilles.
Je continue de m’entrainer plus régulièrement (deux sorties par semaine) et une seconde course officielle m’attend: 20km de trail de nuit. JAMAIS à cette époque j’aurais cru que j’en serais capable mais, grâce à ma maman qui m’accompagnait sur le parcours, je suis finisher !
Plusieurs trails plus tard, je me rend compte que je voudrais m’entrainer en groupe. Grâce à une collègue, qui me motive et me rassure sur l’accessibilité des clubs d’athlétisme, je prends ma première licence et réalise un nouveau type d’entrainement: les fractionnés sur piste. En septembre 2015: plan, coach et super ambiance sont au rendez-vous. Je me rend à l’athlétisme deux fois par semaine (si mon planning le permet).
Les résultats sont là, je m’épanouie et cours mon deuxième 10KM officiel en 49min. Mars 2016: troisième 10KM officiel: 46min.
Quelques mois d’athlétisme et une augmentation de trois entrainements par semaine: je gagne 10min sur une même distance en compétition.
Comme j’ai intégré le travail en fractionnés à ma routine d’entrainement les minutes baissent facilement sur les premières compétitions. Puis l’allure se stabilise et il faut redoubler d’efforts pour continuer à progresser !

En 2016 et 2017, Je m’inscris à plusieurs autres courses, je fais plusieurs trails, je continue d’évoluer en augmentant mon nombre d’entrainement jusqu’à 4 par semaine. En juin 2017; je réussi à faire descendre mon chrono jusqu’à 43’43 »  sur 10KM.
Revenons maintenant quelques années en arrière, en 2013 j’avais fais un premier triathlon XS. J’avais adoré !
4 ans plus tard je décidé d’en faire un autre. Tout se passe bien alors je m’inscris à un triathlon M en juillet 2017.
J’en avais marre de faire des courses à chrono et voulait retrouver le plaisir de l’effort sans recherche de vitesse. Je voulais me challenger et c’est à travers les triathlons que j’ai trouvé mon bonheur.

Grâce à Marine Leleu, je suivais de plus près les IronMan (3,8KM de natation, 180KM de vélo et 42KM de course à pied). J’ai eu la chance, grâce au Happy Running Crew , de me rendre à l’IronGirl de Nice et de voir les IronMan sur le parcours: c’est un véritable coup de foudre pour le triathlon long.
Je décide alors de tenter l’aventure d’un Half IronMan pour cette année 2018.

crédit photo: @adrien_aem

Donc, j’ai beaucoup réfléchi à une inscription en club de triathlon. Après une conversation très interessante avec une amie blogueuse: je décide de contacter son coach personnel pour qu’il m’aide à réaliser ce rêve.
Pourquoi un coach personnel plutôt qu’un club ? Au départ, c’était lié à mes horaires de boulot. Je bosse en 12H, parfois de nuit, un week end sur deux (en moyenne), de grosses semaines, des plus petites, … compliqué d’être présente aux heures d’entrainements du club. Alors que mon coach David prend tout en compte quand il réalise mes plans d’entrainements.
J’ai des séances avec lui, des séances seule, du renforcement à faire, vélo, natation, fractionnés, sortie longue, footing,…  C’est une manière de travailler qui me convient totalement. Plus chère qu’un club mais avec un suivi personnalisé.
J’aime l’idée d’avoir une discipline d’entraînement et de devoir suivre mes « devoirs » sportifs dictés par le coach.
David est très compréhensif: si je suis fatiguée, malade ou si je n’ai pas eu l’énergie de faire mon sport: je lui dis et il le prend en compte pour les prochaines séances. J’ai mon planning sportif sur deux semaines et ainsi de suite 🙂.
Il prend aussi en compte les entraînements de fractionnés que j’ai avec mon club d’athlétisme. Bref, je suis vraiment satisfaite et j’ai hate de voir ce que cette nouveauté 2018 va donner ! Je sens que seule j’avais atteint mes limites et qu’un accompagnement sera bénéfique pour ma progression. ✌🏻
Voilà, j’espère que cet article avec mon expérience vous a intéressé !
Je vous laisse avec la Foire Aux Questions que nous vous avions proposé avec Elise😘. On y parle triathlon, entrainements, objectifs et défis 2018 etc. J’espère qu’elle vous plaira !

Et vous quel est votre parcours sportif ?
A très vite,
Sportivement,
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply