Follow:
All Posts By:

runamande

    SPORTS

    Courir avec ou sans musique ?

     

    Hello, je vous retrouve aujourd’hui avec un nouvel article sportif. Vous l’aurez compris dans le titre, je compte vous parlez de mon expérience de la course à pied avec et sans musique 🙂
    Dès mes premières sorties running j’avais les écouteurs dans les oreilles, la musique m’a beaucoup aidé au début pour tenir les 30-45 min de course que je me fixais. Je me concentrais sur le doux son sortant de mes ecouteurs afin de moins sentir la douce souffrance de mes muscles ou de mes poumons !
    Puis j’ai pris l’habitude de courir en musique et sortir courir sans elle me paraissait impossible, elle était mon alliée et j’étais persuadée que je n’y arriverais pas sans.
    Photo de ma petite soeur @mans_dvg
    J’étais même devenue très anxieuse à l’idée de faire une course en compétition sans musique. J’avais peur d’être moins performante, de ne pas tenir, de ne pas être assez forte mentalement et de ne pas réussir à prendre du plaisir pendant la course.
    Et puis j’aimais être dans cette bulle musicale, en faisant un sport qui me plaît et tout en profitant du paysage.
    Un des avantages de courir en musique en ville c’est que l’on entend pas les klaxons et les gros lourds qui sifflent ou qui font des remarques désobligeantes quand tu passes à côté d’eux. Ils sont plus faciles à ignorer puisqu’on ne les écoute pas !
    Mais c’est aussi dangereux car le doux bruits des voitures ne parvient pas toujours à nos oreilles. Il suffit d’être prudente, de ne pas oublier que l’on est en ville et je n’ai jamais eu de soucis 🙂
    Enfin, en musique je m’ennuyais moins sur les sorties longues en solo mais par contre les fils des écouteurs m’ont toujours embêté jusqu’à ce que j’achète ce super casque.
    Puis, je me suis inscrite en club d’athlétisme (voir mon article), j’ai discuté avec les autres coureurs qui m’ont dit qu’ils faisaient tous les compétitions sans musique.
    Le coach préfère aussi que l’on court sans alors je me suis dis que je n’avais pas trop le choix: il fallait que j’essaye.
    Je n’ai pas arrêté d’un coup: j’ai commencé sur des sorties courtes, je ne l’ai jamais mise lors de mes entrainements de fractionnés et je continuais de l’utiliser sur des sorties longues.
    Et puis, petit à petit j’ai commencé à apprécier de courir sans musique. J’ai appris à mieux connaître mes sensations lors d’une course, à mieux réguler mon souffle et j’ai surtout appris à m’écouter.
    Pour ne pas m’ennuyer, je pense aux mauvaises pensées que je veux éliminer en les écrasant sous mes baskets. Je planifie les choses que je dois faire et puis je ressens ma course, ma foulée et mon souffle.
    Arrive alors ma première course officielle sans musique (stress, stress, stress): la peur de ne pas y arriver était bien là. Mais à ma plus grande joie: tout s’est bien passé !
    Pour la première fois j’ai entendu les encouragements des personnes au bord de la route. J’ai géré ma course grâce à mes sensations et non au rythme que me donnait la musique. J’étais heureuse d’y être arrivée, moi qui ne l’envisageait pas il y a quelques mois…
    Bref, courir sans musique est une autre étape dans ma pratique de la course à pied. Je pense mieux me connaitre, je profite plus de mes sorties à plusieurs et des compétitions.
    Mais je ressentais le manque de ces sorties où j’étais dans ma bulle musicale, j’aime vraiment me retrouver seule avec les sons que j’aime. C’est pourquoi je continue de faire quelques footing en musique car je ne veux pas ne plus jamais courir sans. Même si je suis contente de réussir à le faire.
    J’aime encore trop me retrouver avec mes baskets, mes écouteurs bluetooth et m’évader le temps d’une sortie running.
    Et vous, vous préférez courir avec ou sans musique ?
    A bientôt,
    PS: N’hésitez pas à suivre les actualités du blog sur Facebook, Twitter et Instagram !
    Share:
    SPORTS

    Mes 5 citations favorites de course à pied ♥

    Vous l’avez peut-être remarqué sur Instagram mais j’aime beaucoup les citations sportives.
    Celles-ci me motivent pour allez courir, pour sortir quand il fait froid, quand il pleut, quand la motivation est moins là, quand je suis fatiguée après le boulot ou quand il faut se lever plus tôt pour courir !
    « Croyez que vous pouvez courir plus longtemps ou plus rapidement. Croyez que vous êtes assez jeune, assez vieux, assez fort, et ainsi de suite pour accomplir tout ce que vous voulez faire. Ne laissez pas les vieilles croyances vous empêcher de vous dépasser au-delà de vous-même. » – John Bingham ♡ 

    « Courir nous apprend à nous remettre en question. Courir nous apprend à nous repousser au-delà d’où nous pensions que nous pouvions aller. Courir nous aide à découvrir ce dont nous sommes faits. C’est ce que nous faisons. C’est ce dont il s’agit. » – PattiSue Plumer, Olympien américain ♡
    « Si vous voulez devenir le meilleur coureur que vous pouvez être, commencez dès maintenant. Ne passez pas le reste de votre vie à vous demander si vous pouvez le faire. » – Priscilla Welch ♡

     

     

    « La plupart des gens ne vont pas assez loin à leur premier essai pour savoir qu’ils ont un second souffle. Donnez à vos rêves tout ce que vous avez et vous serez étonné de voir l’énergie qui sort de vous. » – William James

     

    « Je suis un coureur parce que je cours. Pas parce que je cours vite. Pas parce que je cours beaucoup. Je suis un coureur parce que je dis que je le suis. Et personne ne peut me dire que je ne le suis pas. » – John Bingham

     

     

     

     

    Les mots ont un merveilleux pouvoir sur notre mental, ils nous trottent dans la tête et nous mettent un bon coup de pied aux fesses quand on en a besoin !
    J’espère que ce petit article vous plaira, n’hésitez pas à me faire partager vos citations sportives préférées en commentaire, j’adore en découvrir des nouvelles 🙂

    Vous pouvez aussi me suivre sur Facebook, sur ma page Runamande pour ne rien rater des actualités du blog.

    A très vite,

     

    Share:
    HUMEURS, LIFESTYLE

    Instagram et moi ♡

    Tout le monde n’a pas Instagram dans mon entourage et je ne suis pas toujours comprise, voir critiquée, pour l’utilisation que j’en fais. Mais je sais qu’Instagram m’a apporté beaucoup de positif dans ma vie.
    A ce jour, je suis sur Instagram depuis 119 semaines, j’ai posté 338 photos et me suis abonnée à 641 comptes.
    Au début je postais des photos avec ma meilleure amie, mes soeurs ou un selfie. J’utilisais les filtres disponibles sur l’application et je ne comprenais pas trop l’utilisation des Hashtags.
    Et puis j’ai découvert des comptes géniaux comme celui de @carnetprune ou de @julinfinity, j’avais envie d’avoir une jolie galerie comme elles. Je trouvais cela génial de réussir à faire de jolies photos de notre quotidien, de partager sur ma birchbox reçue ce mois là ou de montrer la nouvelle paire de chaussures que j’avais acheté.
    Mais le gros changement pour moi ça a été la découverte de la grande communauté de running présente sur IG. J’ai trouvé que c’était tellement motivant ! C’est là ou ce réseau social est devenu bien plus important que tout les autres: car il m’a permit de partager ma passion (chose que je n’osais pas faire sur Facebook).
    Instagram m’a aidé à me surpasser en s’encourageant entre runneurs, se complimentant et en suivant des filles comme @annedubndidu ou @chloependerie (deux personnes que j’admire énormément).
    On peut trouver cela bizarre de vouloir exposer des moments de vie avec des inconnus mais justement je trouve qu’il y a moins de jugements que par des personnes qui me connaissent. Je me sens à l’aise sur mon compte et avec mes abonnés.
    Instagram c’est un partage, c’est choisir aussi de ce que l’on décide d’exposer (comme sur les autres réseaux sociaux d’ailleurs), c’est aimer l’univers d’autres comptes, découvrir pleins de belles choses et de belles personnes.
    J’aime quand vous me souhaitez un bon run, vous encourager sous une photo, j’aime vous faire des compliments et vous féliciter. J’aime surtout quand vous me dites que je vous motive à courir et que vous aimez me lire. Tout ça vaut bien plus que toutes les critiques que l’on a pu me faire.
    Je relativise et cela me permet de prendre du recul sur ce que les autres peuvent penser.
    Instagram m’a permis d’apprendre à faire plus attention à la beauté des détails qui m’entourent, j’ai appris à réfléchir autrement avant de prendre une photo. Je le remarque beaucoup quand je regarde les premières que j’ai posté.
    Et puis Instagram c’est jouer avec les photos avant de les poster: j’aime faire apparaitre que certaines couleurs sur une nuance de gris, prendre le temps de la rendre plus jolie, de faire attention à la disposition avant d’immortaliser le cliché ( pour info: j’utilise comme application : VSCO, Typic, Eyem et Colorpop ).
    Instagram c’est mon monde à moi, mon petit cocon, c’est de merveilleuses rencontres et beaucoup de motivation.

     

    Et pour vous Instagram c’est quoi ?

    A bientôt,

    (PS: j’ai ouvert une page Facebook: Runamande, si vous voulez mettre un petit « j’aime » ça me ferait très plaisir !)
    Share:
    SPORTS

    L’évolution de mon entrainement depuis que je suis une bébé runneuse.

    Une des questions que l’on me pose régulièrement est sur mon plan d’entrainement.

    Commençons donc à cette sombre époque où courir était vraiment difficile (le nombre de fois où j’ai voulu commencé à courir régulièrement et puis PAF j’abandonnais), un jour j’ai décidé de vraiment m’y mettre et pour ça je me suis dis qu’une application de portable afin de suivre mes entraînements pouvait être une bonne idée. Et ça l’a été !
    Au départ je faisais deux courses par semaine, je me fixais un objectif en temps: 20min, puis quand les 20 min devenaient facile: 30 min, etc. Jusqu’à ce que j’arrive à 45min-1h.
    Ensuite je suis montée à 3 entrainements par semaine.

    J’ai commencé à appliquer ce que l’on m’avait appris: 2 fois par semaine pour ne pas perdre ma progression, 3 fois par semaine pour progresser.

    Cette phase est celle où j’ai voulu prendre en vitesse mais aussi en capacité à courir de plus longue distance. Sans faire de fractionné, j’ai quand même progressé car j’essayais de courir plus vite que la fois d’avant. Ou alors de doubler la fille qui s’entrainait devant moi au parc de la tête d’or et je me disais « maintenant il ne faut pas qu’elle te redouble ». Cette « méthode » a fonctionné à un certain temps :-P.

    L’étape d’après était de faire du fractionné: j’ai commencé donc à inclure ce type d’entrainement dans ma routine sportive. Une course de 45 min, une course fractionné en 30-30 et une sortie longue par semaine.

    J’ai à nouveau progressé mais au bout de quelques mois je sentais que je progressais trop lentement.

    C’est à ce moment là que je me suis inscrite dans mon club d’athlétisme. Désormais, mes semaines de sport ressemble à ceci:
    Deux entrainements de fractionnés par semaine: le mardi et le jeudi.

    Des footings de récupération des fractionnés: le mercredi et le vendredi.
    Ces Footings sont de 40 min et le but n’est pas de courir « vite ». Ce sont vraiment des runs tranquilles, sans se faire mal.

    Et enfin une sortie longue le dimanche où j’essaye de courir à bonne allure pendant 1h ou plus.

    Evidemment, je n’arrive pas toutes les semaines à suivre ce planning à la lettre car les horaires de mon travail ne me permettent pas toujours de courir comme je le souhaite. Parfois, me lever avant le boulot pour aller courir est vraiment trop difficile et je décide alors d’écouter ma fatigue. De toute façon je pense qu’il est important de savoir se dire stop de temps en temps.

    Ce plan d’entrainement, m’a déjà fait progresser et je pense qu’il portera encore ses fruits.

    Bien sur, je fais ces runs là car je veux progresser en vitesse. Le fractionné m’aide à ça et le fait que je sois inscrite dans un club d’athlétisme me motive à tenir ce planning.

    J’espère que cet article vous aidera dans votre pratique sportive. Bien sûr, nous sommes tous différents: je vous parle de mon expérience et de ce qui a fonctionné chez moi. Je ne suis pas une pro et je n’ai pas fait d’étude dans le sport. Je vous parle simplement de ma passion de la course à pied et de mes entrainements.
    En tout cas pour ceux qui ont peur de se lancer et qui passerait par là: ALLEZ-Y, au début et même plus tard ça fait mal. Mais la satisfaction, le bonheur, le plaisir de progresser vous donneront peut être envie de continuer :-).
    La course à pied est magique et a apporté que du positif dans ma vie, j’espère que dans la votre aussi !

    Si vous le souhaitez, je serais ravie de lire votre plan d’entrainement en commentaire :-).

    A bientôt,

     

    Share: