Follow:
Browsing Category:

HUMEURS

    HUMEURS

    Le Harcèlement Scolaire

    Hello !

    Comme beaucoup d’entre nous, je regarde des séries. Et depuis quelques mois je suis abonnée à Netflix. Alors, quand une série a commencé à faire parler d’elle: 13 REASONS WHY , j’ai voulu la regarder moi aussi. Je l’ai dévoré en deux jours.

    Pourquoi ? Parce que je me suis reconnue dans le personnage principale. J’ai reconnu la lycéenne que j’étais. J’ai reconnu l’ambiance du lycée, la difficulté des établissements scolaires à gérer ce genre de problèmes et le mal être général de beaucoup d’élèves.
    Cette série m’a ouvert les yeux sur mon envie de témoigner.
    Pourquoi ? Parce que je l’ai vécu (sans que ça aille aussi loin que pour Hannah et heureusement pour moi !).
    Ca ne s’est pas finit aussi tragiquement parce que j’ai eu la chance de ne pas me sentir abandonnée. J’ai eu les bonnes personnes autour de moi pour ne pas sombrer, à ce point là.

    Les gens de cette époque, qui tomberaient sur cet article, diront probablement que j’exagère ou ne se rendent sûrement pas compte de ce qu’ils ont fait. Certain(e)s ne se reconnaîtront peut être pas.

    C’est mon histoire avec mes ressentis. C’est ma cassette avec ma version de l’histoire (pour faire référence à la série).

    A ce moment là de ma vie, je ne vivais qu’à travers ça, je me sentais mal et donc je ressentais les choses à 200%.

    Le lycée ; certains diront que c’est leur plus belles années. Pour moi ça a été les pires.

    Les ragots , les mauvaises réputations que l’on te fait pour un garçon, pour un quiproquo. Parce que l’on n’est pas assez bien habillée , pas assez cool, pas assez « fashion ». Parce que l’on n’ a pas assez de caractère et que l’on est une cible plus facile. Parce qu’on n’a pas assez confiance en nous et pas assez de répondant. En faite on est des « pas assez ».
    Des cibles faciles quoi.

    Alors ces gens là, lancent des rumeurs, qui font le tour du lycée assez vite: « S*lope » , « elle allume les mecs » , « c’est une p*te », « elle est pas belle » , « elle fait exprès de mettre ses seins en avant et son cul en arrière »,« elle est à l’ouest , deux de tensions celle la ».
    Il y a les messes basses et les regards.
    Le silence quand tu passes.
    Les SMS, les petits mots, les soirées ou les après midi où t’es pas invité.
    Se faire rabaisser plus bas que terre, insulter en public. On vient te voir et devant des dizaines de personnes on t’accuse d’un mensonge et on ne te laisse pas en placer une.

    Bref, on se sent nulle, on se sent seule.

    Ces fausses histoires, celles qui font ta mauvaise réputation, elles te suivent comme une ombre.

    Le problème c’est qu’ensuite on se sent mal, on se sent persécutée et on ne sait plus ce qui est de notre imagination ou pas.

    On cherche alors le réconfort aux mauvais endroits puis on regrette. On fait de mauvais choix qui n’arrangent rien à notre cas.

    C’était ma vie entière qui tournait autour de ça, de ce que les gens pensaient de moi, de l’injustice de cette situation.

    J’en venais même à penser que, finalement, peut être que je le méritais ? Que je l’avais cherché ?

    Comment parler de tout ça à ses parents ? J’avais peur de les décevoir et qu’ils me disent que c’était les autres qui avaient raison.

    La différence avec Hannah, c’est que je n’ai pas eu l’impression que toutes les personnes que j’aimais me tournaient le dos, j’ai toujours eu le soutien et les mots de ma meilleure amie, de mes soeurs pour me tenir la tête hors de l’eau. (Même si elle n’était pas dans le même lycée que moi les deux premières années.)

    Le supplice du lycée se terminant enfin, les années supérieures arrivent et j’ai pu recommencer à zéro, ailleurs et LOIN.

    Le temps passent et les souvenirs sont plus loin et moins douloureux.

    J’ai appris à me servir de ces mauvais moments pour me forger un meilleur bouclier et apprendre à garder que les bonnes personnes dans ma vie. A ne donner de l’importance qu’aux paroles de personnes de confiance et bienveillantes.

    Je suis heureuse de ne pas m’être laissé envahir par les idées noires, d’avoir réussi à m’en servir pour faire quelque chose de positif.

    Certains, en lisant ce témoignage, diront qu’ils ont vécu pire. Surement. Mais tout le monde n’a pas la même force de caractère. On ne donne pas tous la même importance aux choses. Et tant mieux pour vous, si vous avez eu le cran d’y faire face, de ne pas vivre à travers ça et de vous en sortir plus vite que moi.

    Je préférerais vivre sans les séquelles de ces rumeurs. J’aurais préféré ne pas me laissé faire et détruire intérieurement comme j’ai pu le faire. J’aurais préféré ne pas laissé ces rumeurs et ces regards m’atteindre. J’aurais préféré ne pas avoir ces vieux démons qui reviennent quand j’ai un coup de mou, ce vieux démon qui me fait analyser toutes mes paroles et revivre des scènes en boucle parce que j’ai peur de ce qu’on a pu penser de moi.

    L’adolescence laisse des séquelles chez beaucoup de personnes, j’aurais préféré avoir un autre souvenir de cette période. Alors si une série peut faire réfléchir, ouvrir les yeux aux victimes comme aux harceleurs. Si mon témoignage peut donner le sentiment à des personnes de ne pas être seules. Si je peux rajouter une petite pierre à cet édifice , je suis heureuse de le faire.

    Ne restez pas dans votre coin à ressasser des idées noires, il y a toujours une personne pour vous écouter, que ce soit dans votre famille, au lycée ou un numéro vert.

    Dites vous que ces filles (ou garçons) ne sont pas heureuses si elle ont besoin de vous humilier pour se sentir bien dans leur peau.

    J’aurais aimé que quelqu’un qui l’a vécu me dise que, même si ces instants sont durs, ils ne dureront pas éternellement. J’aurais aimé lire et voir ce genre de récit.

    J’aurais aimé que l’on me dise de chercher une soupape: que ce soit dans le sport, des jeux, de la lecture ou la musique. Car aujourd’hui cela m’aide à tenir, à relâcher la pression et à évacuer mes angoisses.

    J’ai aussi pris la décision de changer de lycée pour me rapprocher de ma meilleure amie, sortir de l’internat et essayé d’améliorer mon quotidien. J’ai donc un peu mieux vécu ma terminale.

    Avec du recul, je me rends compte que je n’étais pas si seule que ça, que tout le monde ne pensait pas ça de moi et que finalement ce n’était qu’un petit noyau de personnes qui me donnait l’impression que tout le monde le pensait.

    Bref, on vaut mieux que ce que des personnes malveillantes veulent nous faire croire.

    Dans tout les cas, merci à cette série de sensibiliser à ce problème. Il y aussi de nombreuses vidéos à ce sujet sur Youtube et des émissions remplies de témoignage.

    J’espère que cet article pourra aider quelques personnes.

    A très vite,

    Share:
    HUMEURS

    Mes chers réseaux sociaux

    Les réseaux sociaux: ils sont chronophages, énervants, ils créent des disputes, rendent jaloux, font culpabiliser, pleurer et on se fait espionner par nos amis/ennemis curieux. Mais ils nous permettent de faire de belles rencontres, nous motivent, nous font découvrir des choses et on garde un lien plus facilement avec ceux que l’on aime/apprécie.

    Aujourd’hui, j’avais envie de leur causer et faire un point aloooooors c’est parti !

     

     

    Facebook:

     

    • Merci Facebook de m’avoir fait vivre l’expérience fabuleuse de me faire larguer par statut. Heureuse d’apprendre que j’étais célibataire en voyant mon ex passer de « en couple » à « célibataire ». Aujourd’hui je rigole mais à l’époque ça ne m’a pas fait rire DU TOUT !

    • Merci Facebook de faire remonter les photos d’il y a quelques années en nous proposant de les partager ! Autant des fois c’est mignon mais certaines photos ont le devoir de rester bien cachées dans les profondeur de ma page. 😅
    • Merci Facebook de me rappeler à quel point je ne pars pas assez quand je vois les fabuleux voyages que font mes amis, j’avoue je suis jalouse !

    • Merci Facebook de nous permettre de garder un lien avec ces amies en question, qui sont loin mais nous donnent des nouvelles grâce à toi. On a l’impression d’être un petit avec eux, même loin !
    • Merci Facebook d’avoir créer les « événements » grâce à toi l’organisation d’une soirée, d’un apéro ou d’un run est beaucoup plus facile ! (Et c’est important de bien organiser un apéro.)
    • Merci Facebook de m’avoir rendu accro à des jeux et d’avoir vidé ma batterie plus d’une fois (et occuper en cours aussi !).
    • Merci Facebook de m’avoir spoilé plusieurs séries, vraiment MERCI 😭.

    • Merci Facebook pour le rappel anniversaire, ça aussi c’est vraiment top !

     

    Instagram:

     

    • Merci Instagram de me faire prendre une photo 12345 fois pour trouver LA photo parfaite.

    • Merci Instagram de créer une communauté, via les hashtags, pour tout et n’importe quoi. Les runners, les maitresses gaga de leur toutou, les fan de Disney, les fans de Harry Potter, les fans de Nutella, de smoothie ou des pin’s. Merci pour les belles rencontres ! (instant bisounours)
    • Merci Instagram (et Pinterest !) de me donner l’impression que je n’ai aucun gout en déco et d’être une très mauvaise ménagère face aux appartements parfaits des Valérie Damidot de mon feed.
    • Merci Instagram de réduire mes bonnes résolutions shopping à néant face à toutes ces belles fringues, tout ce maquillage et tenues de sport que je rêve d’acquérir.

    • Merci Instagram de me permettre de partager ma passion à une communauté et de ne pas (trop) spamer mes amis Facebook sur ma pratique sportive. 😜

     

    Snapchat:

     

    • Merci Snapchat de me permettre de faire mon show avec des filtres et des chansons cool !

    • Merci Snapchat de me faire parler toute seule à mon téléphone dans la rue et de créer des situations malaisantes, souvent.

    • Merci Snapchat de ne pas me laisser le temps de parler parce que le temps imparti est trop court ! Comme ça j’ai l’impression d’être dans Fort Boyard: « Ya plus le temps, vite vite ! Sooooors ! » 

    • Merci Snapchat de me faire vivre des soirées trop cool, en boite, où le son est saturé, l’image bouge dans tout les sens et où moi je suis souvent au boulot, en train de bosser de nuit. Alors j’insiste: MERCI Snapchat !

    Pour finir, mes chers réseaux sociaux adorés, même si vous êtes très souvent critiqués, moi j’vous aimes. Vous avez vos défauts, comme nous, vous êtes énervants (souvent) mais j’avoue je suis accro ! Et vous ?

     

    A très vite,

    Share:
    HUMEURS

    Aimez-vous

    En grandissant (parce que oui je suis une très vieille personne 😜), je me suis rendue compte qu’une des choses les plus dures à faire dans ma vie était d’apprendre à m’aimer.

    photographiée par @delphine2lyon

    Pourquoi c’est si dure de s’aimer ? D’accepter la personne que l’on est ?

    Je me suis aussi rendue compte que si je voulais un jour arrivée à être heureuse en couple, il fallait que je passe par l’étape d’arrivée à être heureuse avec moi même.

    Et c’est là que je me suis mise plus sérieusement au sport, à instagram et que j’ai décidé de prendre du temps pour apprendre à m’accepter.

    Sur l’échelle de l’estime de soi, j’étais à ce moment là à un beau 1/10 ( 1 parce que quand même je venais d’être diplômée et de trouver mon nouveau boulot). Score qui n’avait pas beaucoup bouger depuis l’âge de 13 ans.

    J’ai appris que dans la vie tout n’est pas blanc ou noir. La vie est belle et cruelle parce qu’elle est faite de nuances de gris. On apprends de nos erreurs et nous évoluons avec elle, on ne devient pas une mauvaise personne parce que l’on a fauté, parce que nos mots ont dépassés nos pensées et que l’on a oublié de tourner la langue 7 fois dans notre bouche avant de parler.

    On ne devient pas obèse parce que l’on a mangé gras, on ne devient pas une mythomane parce que l’on a mentit quelques fois. Nous prenons tous des chemins différents, nous échouons, réussissons et nous évoluons chacun à notre vitesse.

    La vie est interessante parce que chaque être humain est unique.

    photographiée par @delphine2lyon

    Je me suis donc remise plus intensément au sport pour prendre confiance en moi, pour me donner des défis, pour accepter mon corps en prenant soin de lui. Ca a fonctionné puisque je me sens mieux physiquement.

    Mais il n’y a pas que l’acceptation physique de soi même. Je pense que pour s’aimer il faut apprendre à accepter qui on est au fond de nous. Arrêter de se cacher, d’avoir peur de se dévoiler.

    Pendant très longtemps, après m’être sentie rabaissé par diverses personnes et durant de nombreuses années, je me suis sentie inintéressante. Je ne comprenais pas que des gens puissent m’apprécier et vouloir être amis avec moi puisque je pensais ne pas être digne de l’amitié de quelqu’un (pas assez drôle, pas assez cultivée, pas assez belle, pas assez cool, trop ennuyante, etc).

    Et puis, en m’entourant de merveilleuses personnes, j’ai appris à me rendre compte que je ne pouvais pas plaire à tout le monde mais que cela ne m’empêchait pas de rencontrer des gens qui m’aiment pour celle que je suis, qui aiment passées du temps avec moi et qui m’ont appris à apprécier un peu plus mon caractère.

    L’estime de soi est tellement importante pour s’épanouir dans la vie !

    photographiée par @mans_dvg

    Ce n’est pas parce que l’on a des petits seins que l’on est moche. Ce n’est pas parce que je ne suis pas cultivée sur tout les grands films classiques français que je n’ai pas des conversations intéressantes. Ce n’est pas parce que je suis trop sensible que je suis mauvaise infirmière.

    Un « défaut » (entre guillemet parce que ce n’est pas un défaut de ne pas tout savoir sur tout, ce n’est pas un défaut aux yeux de tout le monde d’avoir des petits seins ou d’être sensible: c’est notre regard sur la chose en question qui décide de ce qui est un défaut ou non #instantphilo) ne change pas tout et ne nous rend pas nulle ou moche !

    J’ai remarqué aussi que si l’on veut bien croire que l’on peut plaire, on attire plus le regard ! Faites le test à une soirée où vous êtes mal dans votre peau: si vous restez accoudée au bar à vous lamenter en pensant que vous êtes la fille la plus inintéressante de la soirée: les gens le remarqueront. Ils seront moins tournés vers vous (en même temps: est ce que vous iriez parler à une personne faisant la tête devant sa bière ? ou à la fille plus sûre d’elle en train de chercher à rigoler avec d’autres personnes et se sentant bien dans sa peau ?)

    Par contre si vous souriez, dansez, papotez en aillant l’air cool et détendue, vous feriez bien plus de rencontres à la soirée ! Une personne qui s’accepte telle qu’elle est d’un seul coup plus intéressante ! (même si au fond vous avez l’impression que vous êtes trop moulée dans votre petite robe noire ou que vos blagues sont nulles: oubliez quelques secondes ces doutes, pensez que vous êtes cendrillon jusqu’à la fin de la soirée et tout ira mieux !)

    C’est bête mais tellement vrai.

    photographiée par @delphine2lyon

    Arrêtez de rechercher l’acceptation de vous même par le regard des autres ! C’est le regard que vous vous portez qui vous donnera la clef pour VOUS accepter. Comme dans toutes relations, il y a des hauts et des bas  mais l’important c’est de toujours vous réconciliez avec votre corps et votre esprit.

    J’ai mis tellement de temps à comprendre tout ça, que j’aimerais pouvoir aider certain(e)s d’entre vous à s’en rendre compte. C’est tellement triste et fatiguant de se dénigrer en permanence !

    Soyez moins exigeant.

    Devenez la meilleure version de vous même mais n’essayez pas de devenir quelqu’un qui ne vous ressemble pas.

    Inspirez vous de belles personnes mais n’essayez pas de devenir ces personnes là.

    Nous sommes tous uniques, nous avons chacun notre potentiel et nos petits plus ! Aimez-vous ❤️

    Voilà, sur ces paroles j’espère sincèrement que cet article vous a plu,

    A très vite,

    Share:
    HUMEURS

    Le regard des gens.

    Crédit photo: Delphine2lyon (Facebook / Instagram)

    Ce regard qui m’a fait tellement de mal à l’adolescence, cet avis des autres qui a pris trop de place, trop longtemps.

    « Qu’est ce que les gens vont penser si …? »

    Les commentaires anonymes sur skyblog. Les rumeurs. Les messes basses quand je passais dans le couloir.

    A en devenir parano. A m’en rendre malade. A en devenir méchante avec mes proches. A en pleurer.

    Ce regard qui dictait trop ma vie d’adolescente.

    Ce regard qui me renfermait sur moi même, me faisait prendre de mauvaises décisions, qui ne me rendait pas heureuse.

    Je voulais me faire accepter à tout prix.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/instagram)

    Ces filles là qui n’auraient pas dû prendre autant de places dans ma tête et dans mon coeur mais que j’ai quand même laissé rentrer dans ma vie. Ces filles qui avaient l’air bien plus intéressantes que moi, ces filles qui se permettent de rabaisser les autres et de les enfoncer plus bas que terre. Ces filles que j’ai laissé m’atteindre.

    Et puis ces expériences, qui m’ont fait tant de mal, m’ont appris deux choses:

    1. Entoure toi de belles personnes et garde les bien précieusement.
    2. Le sport t’aidera à tenir.

    J’ai grandis et je me suis rendue compte que l’on est bien plus heureuse quand on assume qui on est.

    Je me suis rendue compte que les seules critiques acceptables sont celles qui sont dites pour mon bien. Pas pour me faire du mal.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Seules les critiques constructives des personnes qui nous aiment sont importantes.

    J’ai grandis et j’ai appris peu à peu à me détacher de ce regard (même si ce n’est pas encore parfait) pour me libèrer de ce boulet qui était depuis trop longtemps attaché à mon pied.

    Je suis Libre. Libre d’agir comme je l’entend, libre de me tromper, libre de réussir, libre d’écrire sur internet, libre de partager un bout de ma vie.

    J’essaye d’arrêter de m’épuiser avec tout ça parce qu’elle m’a pris beaucoup d’énergie, cette peur du jugement suprême des autres.

    Je me suis rendue compte que l’on ne peut pas plaire à tout le monde et que ce n’est pas grave.

    Et j’ai décidé de devenir qui je veux et pas celle que les autres veulent que je sois.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Si j’ai envie de créer un blog, de partager car cela me rend heureuse je le fais. Je ne vais pas le fermer pour faire plaisir à ceux qui ne l’aiment pas. Si j’ai envie de parler de course à pied, même si je ne suis pas la meilleure, même si je ne suis pas sportive de haut niveau, je le fais. Parce que c’est ma passion, parce que j’aime ce sport, j’aime en parler. Et si cela dérange, ce n’est pas grave.

    Pourquoi ce regard prend tant d’importance ? Ce regard qui n’est pas toujours bienveillant, ce regard qui ne vient pas de personnes importantes dans ma vie. Pourquoi se laisser atteindre, se laisser faire ? Pourquoi se laisser impressionnée par ce jugement ?

    Il est temps d’accepter d’avoir des défauts, d’accepter que l’on ne soit pas parfait. D’accepter que les autres ne soient pas d’accord avec nous, que tout ce que nous faisons ne plait pas à tous. Il est tant de s’accepter, d’être soi même. Il est temps de vivre pleinement sa vie, de laisser ce regard dans un petit coin de notre tête et de l’enfermer à double tour. Il est temps d’être heureuse. 

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Alors laisse moi dire: merci la vie de m’avoir fait évoluer sur ce regard, merci ces adolescents de l’époque qui m’ont appris à m’endurcir, merci de m’avoir rapprochée de ma passion. Merci pour tout ce que j’ai appris sur moi, sur l’amitié, sur la famille, sur mon métier, sur l’amour, sur la sincérité, la peur du jugement et sur moi-même.

    A très vite,

    Share: