Follow:
Browsing Tag:

compte rendu

    SPORTS

    Saintexpress 2019

    Aujourd’hui, je vous retrouve pour le compte rendu de ma course sur la Saintexpress 2019. 44KM, 1000 D+ c’est ce qui nous est annoncé !

    Je l’ai déjà faite en 2018 et cette année Ibis me propose de découvrir leur offre Ibis Sport à travers la Saintelyon ! Cette course mythique dans ma ville de coeur.

    Ils me proposent le dossard de mon choix, je demande l’avis de mon coach et on décide de finir ma saison sur la Saintexpress, le 30 novembre 2019.

    Dans un second temps, je recois un super mail de Odlo (une marque d’origine Norvégienne, de vêtements techniques sportifs !). Ils proposent de m’accompagner pour la saintexpress et le reste de l’hiver ! Je suis ravie de pouvoir tester cette marque dont j’avais déjà bien entendu parler.

    medaille saintexpress

    JOUR – J

    Avec David (mon coach), @mehditetard et une amie de mon coach, nous partons avec la seconde vague. David me donne le topo: on marche vite dans les montées, on relance et on court sur les autres parties du parcours !

    Je dis « OK » et on s’élance pour 44KM. J’espère secrètement faire un meilleur temps que l’année dernière (6h). Mais je sais aussi qu’il peut se passer beaucoup de choses sur une distance comme celle-ci !

    Alors, je suis David ! Je me cale dans ses jambes, je cours à son rythme. Je sais qu’il me connait par coeur et que je peux lui faire confiance sur la gestion de la course.

    Il est minuit, la pluie commence à tomber. Je me félicite d’avoir déjà mis mon K-way ! Je porte le système 3 couches: le Blackcomb comme première couche (seconde peau technique, Best-Seller de la marque), mon Gilet comme seconde couche (j’aime ses manches courtes, il protège du vent et apporte aussi de la chaleur) et le K-way (comme 3ème couche avec des découpes au laser sous les bras et une fente dans le dos pour qu’il soit aéré) !

    Nous arrivons à un ravitaillement au chaud dans un gymnase (le premier ravito était dehors mais nous n’avions pas besoin de nous arrêter à ce moment là), il y avait de plus en plus de flaques et de boue. Mais le terrain est encore praticable.

    On trace, j’ai encore de l’eau et de quoi manger dans mon sac, je n’ai pas envie de m’arrêter et David non plus. Par contre, il doit remplir une flasque. On repart, même si au départ j’ai un peu froid, je me réchauffe vite en courant.

    finish saintexpress

    Plus on avance, plus il pleut, plus la boue devient de plus en plus importante. Il y a même des ruisseaux qui se forment sur les chemins. Je n’arrive plus à me rappeler à quel kilométrage on était quand on se retrouve à devoir marcher. Le terrain est devenu très glissant: des personnes tombent sur les fesses autour de nous ! Un peu plus loin encore, on se retrouve avec des flaques qui nous remontent jusqu’aux genoux.. c’est une vraie fête de la boue cette année, j’en rigole tellement c’est surréaliste !

    J’ai un peu mal au ventre par moment mais c’est supportable. J’avais très peur qu’avec le froid cela s’aggrave mais pas du tout. Mon ventre est tenu au chaud, je continue de manger ce que j’avais prévu comme ravitaillement, je bois de l’eau environ toutes les 20 minutes et je me sens bien.

    David est plus rapide que moi dans les descentes techniques, j’essaye de le suivre mais parfois il prend de l’avance. Alors il m’attend un peu, je le rattrape et on continue notre bonhomme de chemin.

    J’avoue sentir que, contrairement à l’année dernière, je ne ressens pas de « mur » cela me donne la pêche ! Je me dis que tout le travail foncier cette année porte ses fruits et ça me fait plaisir.

    Les kilomètres s’enchainent, tout se passe bien malgré les conditions je me sens pas trop mal ! Bien entendu, mes jambes sont plus fatiguées qu’au début, ma foulée est plus lourde mais mon corps encaisse. Mon souffle encaisse. Je suis fière de moi, je prends confiance en mes capacités sur les longues distances. Ca ne fait pas si longtemps que je cours du long. J’ai couru pour la première fois plus de 30 KM l’année dernière, cela fait tout pile un an que je porte des dossards de distance supérieur à 40km.

    La partie que je trouve la plus dur musculairement (à mon niveau) arrive. Ce sont les dernières montées sur bitume en arrivant au niveau de Lyon. Il reste un peu plus d’une heure de course à priori et c’est mentalement que ça se joue. On grimpe, certaines montées semblent interminables mais je relance une foulée dès que possible. On s’encourage entre coureurs, j’ai l’impression que les montées / descentes ne s’arrêteront jamais (c’est fou comme tout parait plus long lors d’une fin de course. Quand on sait que l’arrivée se rapproche !).

    Et voila, le pont juste avant La Halle arrive, les derniers zigzag jusqu’à La Halle aussi, on essaye de faire des photos en duo avec David, on se sourit: on l’a fait et on est très heureux ! C’était dantesque ! Je regarde mon chrono, -30min sur mon temps de l’année précédente: je suis encore plus heureuse.. Je me suis dépassée, j’ai progressé et c’est aussi grâce à mon coach qui me pousse à croire en moi (et qui me prépare bien).

    On se sert dans les bras, j’entends mes parents, Manon et Alessia qui sont là. BIG SOURIRE et plein le coeur !

    On file se changer pour boire une bière en l’honneur de notre course. Je vais dormir ensuite deux grosses heures à l’hôtel avant de me lever pour rejoindre les copains à La Halle afin d’accueillir mes amies qui courraient 76KM. Tellement émouvant de les voir finir, tellement fière d’elles !

    Et voilà, un nouveau week end sportif qui se clôture. Des souvenirs plein la tête et peut être un jour j’oserais me lancer sur la Saintelyon complète. Mais je ne pense pas que ce sera l’année prochaine , mes objectifs sont ailleurs et c’est une préparation à ne pas négliger !

    mon vlog de la course !

    Voici un peu plus d’infos sur Ibis Sport:

    • Tarif préférentiel jusqu’à -50% sur présentation d’une convocation / inscription à une compétition sportive
    • Late check-out pour laisser le temps de se reposer après la compétition (17h au lieu de 11h/12h et ça c’était vraiment cool après la saint express !)
    • Petits-déjeuners adaptés aux sportifs : jambon, œuf, pain complet, fruits frais
    • Possibilité de mise à disposition d’une salle de réunion pour les briefings lors des déplacements en groupe
    • Possibilité d’avoir un encas 24H/24H

    Plus d’infos sur ma tenue Odlo:

    première couche blackcomb odlo
    Première couche technique « Blackcomb » , je la porte taille S.
    seconde couche gilet millenium odlo
    Seconde couche, gilet « Millennium S-Thermic », porté taille S
    Veste ZEROWEIGHT RAIN WARM odlo
    3ème couche, Veste « ZEROWEIGHT RAIN WARM », portée taille S
    Collant de running ZEROWEIGHT WINDPROOF WARM odlo
    Legging « ZEROWEIGHT WINDPROOF WARM » , porté taille S
    Gants INTENSITY SAFETY LIGHT
    Gants « INTENSITY SAFETY LIGHT »
    Bandeau Ceramiwarm
    Bandeau CERAMIWARM

    Voilà, j’espère que ce petit compte rendu vous a plu, merci pour vos messages d’encouragements et bravo à tous pour vos courses respectives !

    A très vite,

    Sportivement,

    runamande

    article écrit en collaboration rémunérée avec Odlo.

    Share:
    SPORTS

    MON PREMIER IRONMAN À NICE

    Comment commencer ? Ce 30 juin 2019, j’ai pris le départ d’un rêve. Ce rêve c’était de terminer un full Ironman. Pas n’importe lequel, celui de Nice. Car c’est dans cette ville que j’ai pris la décision de m’inscrire à un triathlon XXL. Car c’est dans cette ville que j’ai vibré pour la première fois avec les athlètes sur la promenade, que des anonymes, des personnes que je ne connaissais pas et pourtant.. ils m’avaient fait frissonner comme rarement je l’ai fais devant une course. Depuis, toutes mes courses, je les réalisais dans le but de préparer ce Jour J.

    crédit photo: Ironman

    Des années de préparation, une blessure, un triathlon M, quelques 10KM, un semi, deux Half Ironman, mon premier marathon, des doutes, des pleurs, des sensations de ne pas être à la hauteur, des hauts aussi (et heureusement !). David, mon coach a été parfait pendant ces deux années d’accompagnement (et je compte bien le garder pour mes futurs objectifs sportifs). C’est une personne exceptionnelle, humaine, qui porte les mêmes valeurs que moi. C’est devenu une personne essentielle dans ma vie et je remercierais jamais assez Mélanie de l’avoir mis sur mon chemin.

    Un IMMENSE merci à ma diététicienne Julie. Tu as changé ma vie sportive et mes compétitions grâce à tes précieux conseils. Mes entrainements et surtout mes sensations digestives lors des évènements sportifs de cette année n’ont rien à voir. C’est tellement génial et essentiel. Tu as été au top dans ce suivi !

    Je ne vais pas revenir sur la prépa car vous avez mes articles précédents pour ça.

    Au briefing de la veille de course, nous avons appris que la préfecture a voulu annuler l’évènement. Les distances ont donc été raccourcie pour raison de canicule et d’un pic de pollution (effectivement il y avait un nuage visible sur Nice). Forcément, j’ai été déçue mais j’étais surtout très contente de pouvoir prendre le départ. Mais, j’ai une sensation d’inachevée donc je prendrais ma revanche sur les distances ! Ce sera donc 3,8KM de natation, 152 KM de vélo (et environ 1900 D+), 30KM de course à pied.

    crédit photo: Ironman

    L’heure du départ est proche. ETAPE PAR ETAPE. YAPLUKA !

    Réveil ⏰ à 3H45, on se prépare avec ma famille au airbnb. Il était à quelques arrêts de Tram et 20min à pied du départ. Je fais mes boissons énergétiques avec les recettes que Julie m’avait fait tester sur plusieurs courses précédentes, je prends mes ravitos pour les rajouter en arrivant au Bike Park (avec la chaleur je les avais pas mis la veille, trop de risque que la boisson tourne et que mes barres soient toutes fondues et indigestes). Je mange ma galette avec du miel, j’installe mes tatouages et ma puce sur la cheville gauche. Dernier tour pour vérifier qu’il ne manque rien dans mon sac de départ et GO.
    Pompe à vélo et combinaison sous le bras, nous partons tous les 7 (ainsi que Loxen) en direction de la promenade des anglais. Je ne sais toujours pas si la combi est autorisée, j’espère secrètement que oui car la natation est mon point faible et elle m’aide beaucoup !
    Arrivée au parc à vélo, je fais des bisous à ma famille, je les laisse pour aller gonfler mes pneus, installer mes barres et compotes, mes bidons sur mon Merida. Je fais un coucou aux filles que je connais (@maudebaudier @mohlirun @juliette_irondoll @juliettekeisser @sarahvaletterun ).

    Crédit photo: 61pouces


    Je mets de la crème anti-frottements sur ma nuque quand la nouvelle tombe: combinaison autorisée ✅ ! Je ressens comme un vent de soulagement autour de moi 😁, je n’étais pas la seule à espérer cela.
    C’est le moment de commencer à l’enfiler.


    Nous partons direction la mer pour nous échauffer, je retrouve mes amis et ma famille derrière les barrières, ils se sont levés tôt pour me voir partir, je suis déjà émue.. ça promet ! Derniers coucou et embrassades : je m’installe dans mon SAS après avoir fait un petit aller-retour dans l’eau pour me rafraîchir.

    Je respecte mon SAS de départ car je ne veux pas être doublée et prendre des coups en me mettant dans un couloir qui serait trop rapide pour mon niveau. Mais j’ai peur d’attendre longtemps sur la plage comme je suis dans les derniers. Je prévois de nager entre 1H30 et 1h45.

    Le speaker est au taquet, il nous ambiance et ça fait du bien. Je crie, tape dans mes mains, j’essaye de me mettre dans une bulle positive. C’est tellement la folie !

    NATATION


    🔫 Départ donné à 6H25 pour les pro Hommes, 6h26 pour les pro Femmes, on attend sous la chaleur notre tour. Il y a un seau pour se rafraichir dans le SAS, je mouille ma nuque. 🕰 6h48 c’est mon tour et je m’élance. Rapidement, on me nage dessus mais je me trouve un couloir. Nous sommes nombreux, j’ai encore le droit à quelques coups de bras ou de pieds pendant les 3800 m qui me sépare de la transition.
    J’avais peur de mal gérer ma respiration etc. Finalement, j’ai beaucoup nagé par 2 temps et c’est comme ça que je me sentais le mieux !
    J’ai même pu voir quelques poissons sur une partie du parcours et pas de méduses à l’horizon 👌🏻. Ma combi arena a été parfaite 🏊🏻‍♀️. Je suis contente de mes sensations, je suis contente de ne pas avoir paniquée, c’est hyper agréable de nager aussi tôt dans une mer aussi calme. Je me rapproche petit à petit de la plage, la musique est de plus en plus forte. 1 étape sur 3 est faite.
    En sortant je scrute sur les côtés pour voir mes proches 😍. Ils sont là, je leur fais mon plus beau sourire et je file au vélo.
    Je n’avais pas mis en route la montre pour la natation car je ne savais pas si elle tiendrait le coup tout le long de l’ironman. A ce moment là, je n’ai donc aucune idée du temps que j’ai fais. Je pense avoir bien traîné car il n’y a plus beaucoup de vélo dans le Bike park. C’est pas grave, je m’en doutais !
    Je me sèche bien les pieds (j’avais aussi profité quelques secondes de la douche à la sortie de la mer 🚿).

    crédit photo: 61pouces

    VÉLO

    J’enfile mon matériel de vélo, mon dossard et je cours jusqu’à mon Merida Bikes France 🚲.
    Je galère à mettre mon paquet de mouchoir et deux compotes dans ma trifonction, avec l’excitation je ne trouvais pas mes poches 😂. Finalement je m’en sors quelques mètres avant de passer la ligne pour monter sur le vélo 😅.
    Et c’est parti ! Je pense à ce que m’a dit Solene et m’installe pour prendre rapidement de la vitesse car la première montée arrive assez vite sur le parcours.

    crédit photo: Ironman

    J’ai la tête dans les prolongateurs mais là, j’entends mes proches ! Je les vois le long de la route en mode Cheerleader, des pancartes qui me disent de rouler comme si je devais sauver la mère de Bambi 😂 (après celle avec Dori pour la natation 🐠). C’est juste génial je suis sur un nuage.
    Avoir fait la reco de cette première partie jusqu’au col de l’Ecre m’aide énormément. Je sais ce qui m’attend et où je vais 🚴🏻‍♀️. Un monsieur chute juste devant moi, il me dit que tout va bien alors je continue. Je suis contente je rattrape du monde et ça me booste ! J’apprécie énormément ce type de parcours.
    J’aime les montées même si, bien sûr, c’est dur et il fait chaud. Je bois énormément et mange toutes les 20min un ravito. Ça m’occupe l’esprit de penser à mon alimentation et avec les chaleurs du jour il ne faut pas se rater, ça peut être vite un problème pour la suite !

    crédit photo: Ironman

    Je jette une de mes gourdes dans l’éco Zone et récupère une petite bouteille d’eau qui tient dans mon porte bidon. Ainsi de suite sur les ravitaillements que je croise. Je n’ai jamais autant bu mais je me faisais confiance, l’important c’était de s’hydrater pour éviter les crampes et autres problèmes liés à la déshydratation.
    Malheureusement, j’ai trop confiance lors de la descente avant la seconde partie montante. J’ai une bonne vitesse, je prends un virage trop rapidement, en extérieur et là PAF LA GLISSADE. Telle une banane 🍌 dans Mario Kart je glisse sur 100m. Deux garçons s’arrêtent et me relèvent avec mon vélo (ils n’ont pas pensé à leur course, se sont inquiétés pour moi, c’était TELLEMENT gentil ! MERCI). J’ai déraillé et plusieurs brûlures sur le côté gauche.
    Mon Merida est en état de repartir alors moi aussi ! Je ne réfléchis pas à mes bobos 🤕, j’ai rien de casser mais je tremble un peu. Je remonte en selle et je suis beaucoup plus prudente pour la suite 😇.
    J’ai l’occasion de croiser Juliette et Maude on s’encourage. Il y a vraiment une bonne ambiance sur le parcours !
    Celui-ci est magnifique et les encouragements de tous les volontaires et habitants des villes que nous traversons sont dingues ! Il y a des personnes qui ont sorties leurs tuyaux d’arrosage pour nous rafraichir, très régulièrement des gens nous encouragent, c’est trop trop trop top. Ça aide tellement pendant ces heures d’effort 🙏🏻.

    crédit photo: Ironman


    Enfin, Nice est là. La promenade me paraît tellement longue, je déroule les jambes en moulinant et pense à ma transition course à pied. Il y a une ambiance de folie sur la promenade 🔥. Ça tombe bien car on en a besoin 😆.
    J’entends mon nom et voit les copains qui sont là ! Tellement heureuse de les voir, j’ai encore les larmes qui montent: ça promet 😘.

    crédit photo: Yoann Rochette

    COURSE À PIED


    Transition et pipi ✅, maintenant va falloir faire trois boucles de 10km cocotte !
    Je sors de la transition et une équipe de pompom girl m’attend 👯‍♀️👯‍♂️: Mes proches sont déchaînés, je craque, c’est trop pour mon petit cœur émue comme tout. Des pancartes, des paillettes, un beachflag avec mon logo, les t-shirts corporate, .. c’est tellement fou. Ils avaient prévu tout ça en cachette 😭. 
    Je m’étais promis une chose: ne pas marcher entre chaque ravitaillement. 2KM par 2KM. C’est simple: courir, douche fraîche, banane ou tuc, verre d’eau dans le gosier, verre d’eau sur la tête et je repars. 🔁

    crédit photo: 61pouces

    Je m’autorise à trainer sous les douches et lorsque je bois. Je ferais aussi deux pauses pipi sur le parcours.
    C’est dur mais je sais que si je marche entre les zones de ravitaillements, je m’en voudrais et qu’après mentalement ce serait encore plus dur. Je me connais.
    Alors j’ai passé ce cap mental de me faire confiance et de me dire que je suis capable. C’était le plus difficile, j’ai réussi et ça me rend super fière de moi !


    Un chouchou, deux chouchous.

    crédit photo: 61pouces

    Ma carotte 🥕 c’est de retrouver mes proches à chaque fin et début de tour.

    Mon chéri et ma sœur Manon viennent à ma rencontre pour me booster sur le dernier tour. Des copains des réseaux sont là aussi, des bénévoles me disent de rejoindre Loxen 🐶 (voir des abonnés m’encourager c’est touchant !).. Il y a même Arnaud qui me suit de loin en vélo et qui a régulièrement des mots d’encouragements à mon égard. Et les Gueugnonnais vers l’aéroport. MERCI d’avoir été là car c’était la partie où j’avais souvent envie de marcher.
    Le cardio ❤️ m’en fait baver : j’ai l’impression de courir dans un Hammam avec la chaleur et l’humidité des douches fraîches. Sur un des tours, @benedicteperron me dit de bien souffler. Effectivement, sans m’en rendre compte avec la chaleur je respirais trop vite et mon coeur s’emballait.

    crédit photo: 61pouces


    Enfin, on y arrive: c’est le dernier. Tout ce que je fais, c’est la dernière fois. Dernière fois que je passe vers cet aéroport et les travaux, dernière fois que prends cette douche, dernier ravito.. la foule et l’ambiance se rapproche 🙏🏻. La voix des speakers est de plus en plus forte. Ma famille est là 😭. Mes amis sont dans les tribunes de l’arrivée, je leur serre les mains, je suis boulversée. Je passe l’arrivée remplie de gratitude envers ces personnes que j’aime, envers moi pour avoir été au bout.

    YOU ARE AN IRONMAN !

    crédit photo: Ironman


    Je suis fière de moi. J’ai réussi le pari d’avoir assez confiance en moi pour rêver cette course, m’entraîner sur plus de deux ans et pour aller au bout.
    Je suis sur mon nuage. Je suis reconnaissante. Je suis tellement heureuse 🙌🏻.

    Pour les amoureux des chiffres 🏊🏻‍♀️🚴🏻‍♀️🏃🏻‍♀️ – 11H58 de course – (1H30 SWIM / 6H17 BIKE / 3H55 RUN) ~ 2600 partants et 306 personnes non classées dont 54 femmes – 1683ème/2294 au scratch – 119ème/206 femmes – 16ème/27 de ma catégorie d’âge.

    crédit photo: Tralulufit

    Je finirais de la même manière que lors de mon Half Ironman à Vichy:

    Allez à la rencontre de vous-même, apprenez à vous connaître à travers le sport. Ne pensez pas que ce n’est que pour les autres. On peut tous se donner des défis et prendre le temps de les réaliser. Entrainez vous, croyez en vous. Ce sont des moments uniques à vivre et des souvenirs gravés à jamais. Vous êtes seuls à pouvoir réalisez vos objectifs.

    Je ne cherche qu’a progresser. Ma seule concurrente c’est cette petite voix négative dans ma tête.

    Je vous laisse avec le vlog de cette journée fantastique.

    N’hésitez pas à vous abonner à ma chaine Youtube, ça motive toujours et ça fait plaisir !

    Et voilà, que d’émotions en montant cette vidéo et en écrivant ce nouvel article à propos de cette course qu’est l’ IRONMAN de NICE.

    ❤️

    Encore un immense merci à mes proches, à mon coach @david_x3s , ma diététicienne @julie.huart (et @sportnbio ), à vous derrières vos téléphones et aux marques qui m’ont accompagnées dans cette aventure.
    En particulier: MERIDA , GO SPORT , ASICS , ARENA et CASTELLI !
    Tout le matériel que vous m’avez fournit a été plus qu’à la hauteur de mes attentes !
    Une aventure sportive inoubliable.


    Et bien entendu @mans_dvg ( www.61pouces.com) , @tralulu.fit et Yoann Rochette pour les magnifiques clichés que vous avez réalisé.

    Sportivement,

    runamande
    Share:
    SPORTS

    Marathon de Paris 2019

    Le 14 avril 2019, j’ai participé à mon premier marathon à Paris dans le cadre de ma prépa Ironman de Nice. J’ai eu l’opportunité de ce dossard grâce à ASO Challenge que je remercie !

    marathon margot dvg
    Crédit photo: Yoann Rochette

    Cette course m’a permis de prendre confiance en moi, de découvrir cette distance avant mon triathlon XXL, de faire du volume, de voir les copains, de faire un des marathons que ma maman a déjà couru, de tester mes nouvelles baskets Asics Metaride sur cette distance (et savoir si je les porterai le 30 juin: c’est le cas ! Elles ont été parfaites. Je les testais depuis un mois avant la course 🙂 ).

    Cette course c’était aussi le moyen de savoir si ma blessure de février était de l’histoire ancienne. C’est validé ! Mon corps a bien géré la course et je n’ai pas eu de douleurs physiques suite à ces 42KM.

    marathon paris

    J’ai aussi pu tester mon allure ironman sur le premier semi. C’était pas simple de courir en « sous régime » mais c’était important de le faire: mon coach m’avait donné des consignes que j’ai respecté. Pas question de me flinguer pour la suite de la saison !

    J’ai eu les jambes de bois après le 36 ème kilomètres mais heureusement GO SPORT m’avait envoyé une messagère de bonnes ondes et un soutien psychologique pour la fin: merci encore @ouestcharly tu as été grandiose ! Et merci le #GOSPORTCREW !

    eleanor margot marathon
    Avec ma belle Eleanor à l’arrivéee ! Crédit photo: Yoann Rochette
    View this post on Instagram

    MARATHON DE PARIS ❤️ – Étape que je voulais franchir lors de ma préparation pour l’ironman de Nice 2019 🙏🏻. Pourquoi ? Pour du volume et pour me rendre compte de la distance et je remercie profondément @asochallenges pour le dossard ❤️. Nous avions convenu avec mon coach que je devais courir le 1er semi allure ironman (entre 5’40-5’50/km ⏱). J’ai eu du mal à me mettre dans cette allure avec l’adrénaline du départ ! Mais j’ai diminué ma vitesse pour tenter de respecter ce qu’on avait prévu. Le but: ne pas me flinguer pour la suite de la préparation ! Ensuite, @david_x3s m’avait dit de faire au feeling. Je me sentais super bien, j’ai eu un regain d’énergie 🔋 et je me suis fais plaisir jusqu’au 36eme kilomètre ! J’ai adoré l’ambiance, les encouragements de mes parents, mon chéri, voir les copains de la #famillehrc ( @happyrunningcrew ❤️) sur le bord de la route (vous vous reconnaîtrez !), @camilleraaberg , @manongest_ , @tralulu.fit @totorophelie , @shapeheart_ , @asicsfrance et tous les autres ! J’avais le cœur remplit de reconnaissance 🥰. Aux alentours du 30eme kilomètre une fille me rejoint en m’expliquant que @gosportfrance l’avait prévenu que je courrais et qu’elle m’accompagnait pour les kilomètres restant. Merci @ouestcharly ✨ car sans toi les 6 derniers auraient été bien plus difficile ! La montée du 35eme puis les pavées auront eu raison de mes cuisses ! Je me suis accrochée le plus possible 🔥. Le sourire jusqu’aux oreilles quand mon meilleur ami du lycée @cacass71 me rattrape en me tapant sur la casquette et me disant de tenir le coup. Je repense à ce mois de février compliqué avec ma blessure, les bonnes sensations que j’avais avant ça, les messages de mes proches en tête, @ouestcharly me motive, @titaclem et @mgayot m’encourage ➡️ je tente un sprint sur la dernière ligne droite 😁 et @yoannrochette est là pour immortaliser la fin de mon premier marathon (merci !). Je suis hyper contente en arrivant 🙏🏻. Je tombe dans les bras de @athletic.intuition qui est là pour m’accueillir 🥰. Merci @asicsfrance de m’avoir équipée avec les #asicsmetaride : elles ont été parfaites ! Merci @gosportfrance et merci @compexfrance pour mes recups ! ~ 📸: @yoannrochette

    A post shared by Margot 🐶🐱 💐🐝 (@margot_dvg) on

    Bref, je vous laisse avec ce CR instagram et un vlog souvenir (merci maman, papa et mon chéri pour les rushs vidéos !)

    A très vite, n’hésitez pas à me suivre sur instagram ( @margot_dvg ) ou à vous abonner à ma chaine Youtube ( Margot Dvg ).

    Sportivement,

    runamande

    Share: