Follow:
Browsing Tag:

humeurs

    CHIENS & CANICROSS

    Chien des Villes

    Voilà 8 mois que nous avons récupéré Loxen, aujourd’hui j’avais envie d’écrire un petit bilan sur les choses qui ont changé depuis qu’elle a rejoint notre vie. De vous partager notre expérience sur la vie de mon Beagle (dont je suis complètement gaga) en appartement, dans une grande ville.

    8 mois qu’elle est arrivée dans notre vie et je ne m’imagine plus sans cette boule de poils à mes côtés.

    • Avoir un chien c’est avoir une super hygiène de vie:

    -Je fais une balade journalière d’une heure quasiment tout les jours,

    -Je me lève plus tôt et profites mieux de ma journée,

    -Je ne me sens jamais seule,

    -Je me suis fais plein de nouveaux copains et Loxen aussi !

    • Avoir un chien en ville c’est se promener et croiser beaucoup de monde dans les rues ou dans les transports en commun.

    Et parlons peu, parlons bien : UN CHIEN N’EST PAS UN OBJET PUBLIC !

    On ne le caresse pas gratuitement sans demander l’autorisation. Est ce que quand vous montez dans le tram je viens caresser votre sac à main ? Est ce que je viens toucher les cheveux de votre bébé ?

    Non mais sérieusement, des fois les gens font comme si je n’étais pas là et disent à leur enfant « vas y, va caresser le chien » alors que Loxen tremble sous mon siège. Et un jour ils porteront plainte parce qu’un chien agressera leur fils/fille !

    Bien sûr ils ne feraient jamais ça avec un American Staff mais comme c’est un petit Beagle les gens se le permettent. Et vraiment ça m’énerve.

    Donc s’il vous plait:

    -Avant de toucher un chien, ayez la politesse de demander.

    -Avant de laisser votre enfant courir après mon chien, posez vous la question « pourquoi le chien fuit dans l’autre sens et tremble de peur ? »

    -Quand un chien n’a pas envie de se faire caresser, ne le caressez pas !

    • Avoir un chien en ville, c’est avoir accès à des parcs avec des endroits réservés pour lâcher nos chiens sans laisse.

    Non mon chien n’est pas malheureux parce qu’il n’a pas de jardin. Loxen part courir et joue avec ses copains presque tout les jours, elle se dépense et s’est sociabilisée grâce au parc à chien.

    Non les parcs à chien ne sont pas des lieux de bagarres remplis de chiens méchants. Oui les staff sont majoritairement des chiens adorables et oui Loxen peut jouer avec des chiens de 50 kilos.

    • Avoir un chien en ville c’est (souvent) avoir un chien dans un appartemment.

    D’après mon expérience, un chien en appartement ou en maison passera le plus clair de son temps dans la même pièce que vous. Alors n’ayez pas peur d’en adopter un parce que vous craignez qu’il soit malheureux ! L’important pour le bien être de votre chien c’est de le sortir, de lui consacrer du temps et de le sociabiliser.

    Et puis, pensez vous qu’il préférera jouer dans un jardin qu’il connait par coeur ou partir courir dans un parc avec ses copains ?

    • Avoir un chien en ville c’est avoir plein de copains qui habitent dans le même quartier que nous !

    Loxen est capable de rester plus de 10 heures toute seule mais ce qui est génial, c’est qu’avec nos nouveaux amis du parc, nous nous entraidons pour garder nos chiens parfois le temps d’une soirée, d’un après midi ou d’un week end où nos poilus ne peuvent pas nous accompagner. Comme une personne qui prend une baby sitter pour son enfant , nous avons des supers nounous pour nos chiens. On se rend service et c’est l’occasion de faire des petits dej, des apéros ou des balades tous ensemble quand on récupère nos toutous !

    Je finirais cet article en disant que pour rien au monde je ne regrette d’avoir un chien. Même si c’est une nouvelle organisation pour beaucoup de choses: elle apporte bien plus de positifs dans ma vie que de contraintes (la sortir tard le soir, même quand il fait froid, organiser différemment ses vacances, être un peu moins libre parfois,..) !

    Elle a pris tellement de place dans mon coeur (difficile de la rater sur mes réseaux sociaux :-P) ! J’ai du mal à imaginer que certains chiens soient abandonnés et/ou battus.

    Vous pouvez suivre un peu plus de nos aventures sur Snapchat (margotdvg) et n’hésitez pas à me parler de votre expérience, à me poser des questions car je vous répondrais avec plaisir !

    A très vite !

    Share:
    HUMEURS

    Le regard des gens.

    Crédit photo: Delphine2lyon (Facebook / Instagram)

    Ce regard qui m’a fait tellement de mal à l’adolescence, cet avis des autres qui a pris trop de place, trop longtemps.

    « Qu’est ce que les gens vont penser si …? »

    Les commentaires anonymes sur skyblog. Les rumeurs. Les messes basses quand je passais dans le couloir.

    A en devenir parano. A m’en rendre malade. A en devenir méchante avec mes proches. A en pleurer.

    Ce regard qui dictait trop ma vie d’adolescente.

    Ce regard qui me renfermait sur moi même, me faisait prendre de mauvaises décisions, qui ne me rendait pas heureuse.

    Je voulais me faire accepter à tout prix.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/instagram)

    Ces filles là qui n’auraient pas dû prendre autant de places dans ma tête et dans mon coeur mais que j’ai quand même laissé rentrer dans ma vie. Ces filles qui avaient l’air bien plus intéressantes que moi, ces filles qui se permettent de rabaisser les autres et de les enfoncer plus bas que terre. Ces filles que j’ai laissé m’atteindre.

    Et puis ces expériences, qui m’ont fait tant de mal, m’ont appris deux choses:

    1. Entoure toi de belles personnes et garde les bien précieusement.
    2. Le sport t’aidera à tenir.

    J’ai grandis et je me suis rendue compte que l’on est bien plus heureuse quand on assume qui on est.

    Je me suis rendue compte que les seules critiques acceptables sont celles qui sont dites pour mon bien. Pas pour me faire du mal.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Seules les critiques constructives des personnes qui nous aiment sont importantes.

    J’ai grandis et j’ai appris peu à peu à me détacher de ce regard (même si ce n’est pas encore parfait) pour me libèrer de ce boulet qui était depuis trop longtemps attaché à mon pied.

    Je suis Libre. Libre d’agir comme je l’entend, libre de me tromper, libre de réussir, libre d’écrire sur internet, libre de partager un bout de ma vie.

    J’essaye d’arrêter de m’épuiser avec tout ça parce qu’elle m’a pris beaucoup d’énergie, cette peur du jugement suprême des autres.

    Je me suis rendue compte que l’on ne peut pas plaire à tout le monde et que ce n’est pas grave.

    Et j’ai décidé de devenir qui je veux et pas celle que les autres veulent que je sois.

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Si j’ai envie de créer un blog, de partager car cela me rend heureuse je le fais. Je ne vais pas le fermer pour faire plaisir à ceux qui ne l’aiment pas. Si j’ai envie de parler de course à pied, même si je ne suis pas la meilleure, même si je ne suis pas sportive de haut niveau, je le fais. Parce que c’est ma passion, parce que j’aime ce sport, j’aime en parler. Et si cela dérange, ce n’est pas grave.

    Pourquoi ce regard prend tant d’importance ? Ce regard qui n’est pas toujours bienveillant, ce regard qui ne vient pas de personnes importantes dans ma vie. Pourquoi se laisser atteindre, se laisser faire ? Pourquoi se laisser impressionnée par ce jugement ?

    Il est temps d’accepter d’avoir des défauts, d’accepter que l’on ne soit pas parfait. D’accepter que les autres ne soient pas d’accord avec nous, que tout ce que nous faisons ne plait pas à tous. Il est tant de s’accepter, d’être soi même. Il est temps de vivre pleinement sa vie, de laisser ce regard dans un petit coin de notre tête et de l’enfermer à double tour. Il est temps d’être heureuse. 

    Crédit photo: Delphine2Lyon (Facebook/Instagram)

    Alors laisse moi dire: merci la vie de m’avoir fait évoluer sur ce regard, merci ces adolescents de l’époque qui m’ont appris à m’endurcir, merci de m’avoir rapprochée de ma passion. Merci pour tout ce que j’ai appris sur moi, sur l’amitié, sur la famille, sur mon métier, sur l’amour, sur la sincérité, la peur du jugement et sur moi-même.

    A très vite,

    Share:
    SPORTS

    Les vrais/faux coureurs.

    Mercredi, je suis partie courir avec mes amies. Nous avions entrepris de grimper jusqu’à la superbe basilique Notre-Dame de Fourvière.

    Notre joyeux groupe est composé de filles (canons ! :-P) ayant différents niveaux en course à pied.

    Mais il est formidable car nous nous entraidons, soutenons et encourageons.

    Parmis ces runneuses, il y a une débutante: elle court régulièrement depuis quelques mois.

    Il était donc normal qu’elle éprouve plus de difficultés à monter tout ces escaliers. Mais elle est forte mentalement, c’est une fille déterminée: quitte à marcher elle atteindrait Fourvière !

    Cependant, pour essayer de gâcher ce beau défi que nous nous étions lancé, nous pouvions compter sur les passants râleurs.

    Quelle joie, pour mon amie, d’entendre l’un d’eux lancer une pique gratuite: « il y en a marre de ces faux coureurs ! » (en parlant de mon amie qui marchait dans les escaliers)

    ??? PARDON ???

    Je vais te répondre mon gars !

    Il n’y a pas de vrais ou de faux coureurs. A partir du moment où une personne chausse ses baskets et part faire un footing, devine quoi ? ELLE COURT !

    Et au lieu de râler, tu devrais l’encourager ! En tant que « sportif » tu devrais être content de voir d’autres personnes partager la même passion que toi ;-).

    Etre sportif c’est avoir des valeurs éthiques, c’est avoir du RESPECT pour ses semblables (qu’ils courent plus ou moins vite que toi).

    Au contraire de ta remarque désobligeante et non constructive, tu devrais pousser mon amie à se dépasser, à reculer ses limites. Tu devrais avoir un esprit d’équipe ! Tu penses qu’entre ta réflexion à deux balles et un « ALLER C’EST BIEN, FONCE ! » laquelle de ces deux phrases la reboostera ?

    Si tu avais un esprit sportif, tu serais tolérant envers les personnes qui débutent.

    Réfléchis donc à ça:

    « Personne n’est obligé de faire du sport. On en fait parce qu’on le veut bien, parce qu’on en éprouve du plaisir ou qu’on en recherche son épanouissement. Par cette pratique, on se réalise dans le cadre d’un idéal sportif dont on est responsable. Il appartient à chacun d’être le porteur de cet idéal et de l’exprimer par son comportement. La générosité s’exprime dans l’effort, dans la volonté de dépassement de soi. Elle s’exprime aussi par rapport aux autres dans son attitude, dans son engagement. » www.frsel.be

    Nous sommes tous des coureurs, avec notre propre histoire sportive, notre propre allure et nos propres objectifs.

    Acceptes le et sois fier de tout les runners que tu croises. Le sport est école de vie, le sport nous donne de belles valeurs, nous aide à être en bonne santé, nous fait rencontrer de belles personnes et nous apprends à dépasser nos limites.

    Le sport nous apprend la loyauté, le respect, le contrôle de soi, le dépassement de soi et le plaisir de pratiquer notre discipline en s’épanouissant.

    A ton avis, avec ton comportement, tu penses être plus sportif qu’elle ?

    J‘espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à me donner votre avis.

    A très vite,

    Sportivement,

    cropped-IMG_5224-1.jpg

    Share:
    HUMEURS, SPORTS

    Se sentir plus belle grâce et pendant la course à pied ♡

    Je me promenais sur Facebook un soir, et je tombe sur le statut d’une fille qui avait mis un selfie avant d’aller courir (jusque là pas de problème), puis je vois qu’une fille commente en lui demandant si elle était partie faire du sport ou une sortie en boite de nuit (pas très gentil tout ça).
    Je me suis alors questionnée: pourquoi c’est si mal vue de se maquiller pour courir ? Pourquoi ce serait incompatible de se faire belle et prendre soin de soi avant de faire du sport ?

     

    Quand je chausse mes baskets c’est d’abord pour le plaisir de la course à pied, mais aussi pour prendre soin de moi: pour mon moral et pour mon corps.

     

    Faire du sport, m’entretenir et donc me muscler m’aide à me sentir mieux dans ma peau et à m’accepter.
    Quand je me lève: les cheveux en bataille, les yeux fatigués, la peau toute pleine de marques d’oreiller je ne me sens pas bien pour gambader de bon matin.
    J’aime me donner bonne mine !
    Pour cela j’utilise une crème de jour pour me protéger des UV, de la pollution et de la poussière (le vent est néfaste pour la peau, il faut donc bien la protèger).
    Du mascara Waterproof sur les cils pour ouvrir le regard et du baume à lèvre (teinté ou non) pour éviter les gerçures.
    Hop c’est parti !
    (Personnellement, j’évite le blush: j’en ai un qui se créée naturellement quand je cours et il est rouge tomate 😀 )
    C’est tout bête mais cette routine m’aide à me sentir moins fatiguée !
    Côté cheveux, je les attache de manière à être le moins gênée possible: je déteste avoir les cheveux devant les yeux pendant l’effort. Déjà, ça me déconcentre et ensuite ça m’énerve !
    L’hiver j’utilise un bandeau spécial sport, ainsi, j’ai les oreilles au chaud. Par temps de pluie plutôt que la capuche qui ne tient pas, je préfère une casquette ! Au moins les racines de mes cheveux sont moins mouillées et je peux (parfois) éviter le shampooing (j’essaye de garder mes shampooing espacés pour qu’ils graissent moins vites).
    L’autre produit magique qui m’évite de les laver à chaque sortie running est le shampooing sec !

     

    Courir permet de s’affiner et de renforcer certaines parties du corps. Et pour se sentir moins moche que dans un vieux jogging sans forme féminine il y a de jolis leggings, shorts, brassière et t shirt ! Ils existent pour toutes les morphologies et de toutes les couleurs :-D. On se sent plus belle dedans qu’avec un vieux t-shirt en coton difforme ! Les vêtements sont pensés par les marques pour que vous vous sentiez à l’aise avec quand vous bougez ;-).
    Choisissez bien vos brassières car c’est bien plus agréable de se sentir maintenu.
    De même pour les baskets, il est hyper important de choisir celles qui vous correspondent et de ne pas avoir peur d’investir. Vous éviterez bien des problèmes d’articulations et de dos en ayant des chaussures de qualités.
    En plus les modèles sont de plus en plus beaux !
    Mentalement, je me sent plus belle après avoir couru que lorsque j’ai mangé la moitié du pot de Nutella, un dimanche après midi de grand soleil, devant un film. (Même si j’adooooore faire ça de temps en temps !)
    Le fait d’avoir prit le temps de prendre soin de moi est déjà un pas de gagné pour m’accepter. Mon hygiène de vie a vraiment changé depuis que je cours régulièrement: je suis moins fatiguée, je me lève plus tôt, je monte plus facilement les escaliers. Bref, je me sens en forme !
    Et si se pomponner avant d’aller se défouler aident les femmes à affronter le regard des autres à la salle de sport ou dans la rue ? Si cela leur permet de ne pas se sentir ridicule quand elles ont l’impression de l’être ? En quoi cela serait mal ?
    Si cela vous aide à reprendre le sport, à le continuer et à affronter les miroir de la salle, alors je pense que c’est bien de vous faire belle avant d’y aller !

     

    Quand je cours je suis loin d’être rayonnante: rougeurs aux joues, grimace de la runneuse concentrée, sueurs, … Nous sommes toutes pareilles ! N’oubliez pas que vous n’êtes pas seules à « souffrir » en silence, regardez autour de vous et vous verrez que nous sommes dans le même bateau.

    L’important c’est de faire votre séance, sans vous prendre la tête avec la vitesse ou autres. Tout vos efforts payeront et c’est à ça qu’il faut vous raccrocher ! Ne vous prenez pas trop la tête avec comment font les autres, fixez vous sur votre progression, sur le bien être que ça vous apporte et le plaisir du sport.

    Essayez de ne jamais perdre ça de vue :-). 

    Pour finir, le sport vous fera sourire et vous rendra plus belle car il sécrète l' »hormone du bonheur » qu’est l’endorphine. Et puis, on se sent plus dynamique et pleine d’énergie !

    Souriez ! Vous êtes belles, vous prenez soin de vous je suis certaine que votre corps vous le rendra bien !

    J’espère que  l’article vous a plu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

    PS: Il y a un nouveau concours sur ma page Facebook  « Runamande » pour gagner 5 abonnements d’un an au magazine Running Heroes qui sortira le 8 septembre prochain !

    Running Heroes c’est quoi ?

    • un magazine de 132 pages vendu à 9,90€,
    • un magazine bi-annuel (septembre et mars) correspondant aux 2 temps forts de la saison,
    • un magazine de temps long qui raconte le monde à travers la course à pied, et ses histoires plus grandes que la vie.
    A très vite !
    Sportivement,

     

    Share: