Follow:
Browsing Tag:

lycée

    HUMEURS

    Le Harcèlement Scolaire

    Hello !

    Comme beaucoup d’entre nous, je regarde des séries. Et depuis quelques mois je suis abonnée à Netflix. Alors, quand une série a commencé à faire parler d’elle: 13 REASONS WHY , j’ai voulu la regarder moi aussi. Je l’ai dévoré en deux jours.

    Pourquoi ? Parce que je me suis reconnue dans le personnage principale. J’ai reconnu la lycéenne que j’étais. J’ai reconnu l’ambiance du lycée, la difficulté des établissements scolaires à gérer ce genre de problèmes et le mal être général de beaucoup d’élèves.
    Cette série m’a ouvert les yeux sur mon envie de témoigner.
    Pourquoi ? Parce que je l’ai vécu (sans que ça aille aussi loin que pour Hannah et heureusement pour moi !).
    Ca ne s’est pas finit aussi tragiquement parce que j’ai eu la chance de ne pas me sentir abandonnée. J’ai eu les bonnes personnes autour de moi pour ne pas sombrer, à ce point là.

    Les gens de cette époque, qui tomberaient sur cet article, diront probablement que j’exagère ou ne se rendent sûrement pas compte de ce qu’ils ont fait. Certain(e)s ne se reconnaîtront peut être pas.

    C’est mon histoire avec mes ressentis. C’est ma cassette avec ma version de l’histoire (pour faire référence à la série).

    A ce moment là de ma vie, je ne vivais qu’à travers ça, je me sentais mal et donc je ressentais les choses à 200%.

    Le lycée ; certains diront que c’est leur plus belles années. Pour moi ça a été les pires.

    Les ragots , les mauvaises réputations que l’on te fait pour un garçon, pour un quiproquo. Parce que l’on n’est pas assez bien habillée , pas assez cool, pas assez « fashion ». Parce que l’on n’ a pas assez de caractère et que l’on est une cible plus facile. Parce qu’on n’a pas assez confiance en nous et pas assez de répondant. En faite on est des « pas assez ».
    Des cibles faciles quoi.

    Alors ces gens là, lancent des rumeurs, qui font le tour du lycée assez vite: « S*lope » , « elle allume les mecs » , « c’est une p*te », « elle est pas belle » , « elle fait exprès de mettre ses seins en avant et son cul en arrière »,« elle est à l’ouest , deux de tensions celle la ».
    Il y a les messes basses et les regards.
    Le silence quand tu passes.
    Les SMS, les petits mots, les soirées ou les après midi où t’es pas invité.
    Se faire rabaisser plus bas que terre, insulter en public. On vient te voir et devant des dizaines de personnes on t’accuse d’un mensonge et on ne te laisse pas en placer une.

    Bref, on se sent nulle, on se sent seule.

    Ces fausses histoires, celles qui font ta mauvaise réputation, elles te suivent comme une ombre.

    Le problème c’est qu’ensuite on se sent mal, on se sent persécutée et on ne sait plus ce qui est de notre imagination ou pas.

    On cherche alors le réconfort aux mauvais endroits puis on regrette. On fait de mauvais choix qui n’arrangent rien à notre cas.

    C’était ma vie entière qui tournait autour de ça, de ce que les gens pensaient de moi, de l’injustice de cette situation.

    J’en venais même à penser que, finalement, peut être que je le méritais ? Que je l’avais cherché ?

    Comment parler de tout ça à ses parents ? J’avais peur de les décevoir et qu’ils me disent que c’était les autres qui avaient raison.

    La différence avec Hannah, c’est que je n’ai pas eu l’impression que toutes les personnes que j’aimais me tournaient le dos, j’ai toujours eu le soutien et les mots de ma meilleure amie, de mes soeurs pour me tenir la tête hors de l’eau. (Même si elle n’était pas dans le même lycée que moi les deux premières années.)

    Le supplice du lycée se terminant enfin, les années supérieures arrivent et j’ai pu recommencer à zéro, ailleurs et LOIN.

    Le temps passent et les souvenirs sont plus loin et moins douloureux.

    J’ai appris à me servir de ces mauvais moments pour me forger un meilleur bouclier et apprendre à garder que les bonnes personnes dans ma vie. A ne donner de l’importance qu’aux paroles de personnes de confiance et bienveillantes.

    Je suis heureuse de ne pas m’être laissé envahir par les idées noires, d’avoir réussi à m’en servir pour faire quelque chose de positif.

    Certains, en lisant ce témoignage, diront qu’ils ont vécu pire. Surement. Mais tout le monde n’a pas la même force de caractère. On ne donne pas tous la même importance aux choses. Et tant mieux pour vous, si vous avez eu le cran d’y faire face, de ne pas vivre à travers ça et de vous en sortir plus vite que moi.

    Je préférerais vivre sans les séquelles de ces rumeurs. J’aurais préféré ne pas me laissé faire et détruire intérieurement comme j’ai pu le faire. J’aurais préféré ne pas laissé ces rumeurs et ces regards m’atteindre. J’aurais préféré ne pas avoir ces vieux démons qui reviennent quand j’ai un coup de mou, ce vieux démon qui me fait analyser toutes mes paroles et revivre des scènes en boucle parce que j’ai peur de ce qu’on a pu penser de moi.

    L’adolescence laisse des séquelles chez beaucoup de personnes, j’aurais préféré avoir un autre souvenir de cette période. Alors si une série peut faire réfléchir, ouvrir les yeux aux victimes comme aux harceleurs. Si mon témoignage peut donner le sentiment à des personnes de ne pas être seules. Si je peux rajouter une petite pierre à cet édifice , je suis heureuse de le faire.

    Ne restez pas dans votre coin à ressasser des idées noires, il y a toujours une personne pour vous écouter, que ce soit dans votre famille, au lycée ou un numéro vert.

    Dites vous que ces filles (ou garçons) ne sont pas heureuses si elle ont besoin de vous humilier pour se sentir bien dans leur peau.

    J’aurais aimé que quelqu’un qui l’a vécu me dise que, même si ces instants sont durs, ils ne dureront pas éternellement. J’aurais aimé lire et voir ce genre de récit.

    J’aurais aimé que l’on me dise de chercher une soupape: que ce soit dans le sport, des jeux, de la lecture ou la musique. Car aujourd’hui cela m’aide à tenir, à relâcher la pression et à évacuer mes angoisses.

    J’ai aussi pris la décision de changer de lycée pour me rapprocher de ma meilleure amie, sortir de l’internat et essayé d’améliorer mon quotidien. J’ai donc un peu mieux vécu ma terminale.

    Avec du recul, je me rends compte que je n’étais pas si seule que ça, que tout le monde ne pensait pas ça de moi et que finalement ce n’était qu’un petit noyau de personnes qui me donnait l’impression que tout le monde le pensait.

    Bref, on vaut mieux que ce que des personnes malveillantes veulent nous faire croire.

    Dans tout les cas, merci à cette série de sensibiliser à ce problème. Il y aussi de nombreuses vidéos à ce sujet sur Youtube et des émissions remplies de témoignage.

    J’espère que cet article pourra aider quelques personnes.

    A très vite,

    Share: