Follow:
    HUMEURS

    Mon corps et moi.

    Cet article j’y ai pensé, je l’ai écris puis effacé, je l’imaginais mais je n’osais pas le publier. Pourquoi ? Une question de « légitimité ». Je n’ai jamais eu ces problèmes de poids là: celui où vous testez plusieurs régimes, où vous êtes gêné de demander un pantalon à votre taille ou celui où c’est votre médecin traitant qui vous dit que votre IMC vous indique en surpoids etc.

    Alors qui suis-je pour vous parler de l’acceptation de son corps ? Enormément de personnes ont du mal à comprendre, à lire ou à entendre une fille qui n’est pas défini comme « grosse » par la société parler de ses problèmes de rapport au corps.

    Oui, je n’ai jamais été « grosse » mais pendant toute mon adolescence et mes premières années de jeune adulte: je me suis sentie très mal. D’abord parce que j’ai vécu le harcèlement scolaire (et apprendre à s’aimer pendant cette période c’est compliqué). J’étais mal dans ma peau, donc mal dans ma tête et mal dans mon corps.

    J’ai une mini poitrine, ma scoliose me faisait détester mon profil, ma cambrure naturelle attiraient les insultes « elle fait exprès de mettre son cul en arrière et ses seins en avant ! », « sal*pe », « allumeuse » . Mes cuisses de nature plutôt musclées m’empêchaient d’avoir ce fameux tigh gap à la mode.

    Bref, un rapport plutôt négatif. Et adolescente puis jeune adulte: je me réfugiais dans la nourriture. Soit en voulant maigrir, soit en voulant grossir pour ne plus être traitée d’ « allumeuse ». Je ne suis heureusement jamais tombée dans les troubles alimentaires mais j’ai joué avec la limite je pense.

    crédit photo: @lucieassiat lors de l’évènement AMPHI w/ @adidasparis !

    Oui, je ne sais pas ce que ça fait d’être considérée comme grosse. Par contre je sais ce que ça fait que de se faire rabaisser au point de vouloir encore plus maigrir. Exemple ? Un de mes ex m’avait demandé d’arrêter de manger du nutella car il me trouvait répugnante quand je le faisais et puis « j’étais bien assez en forme ». Vous pensez que, même quand on n’a pas de problèmes de poids (aux yeux de la plupart des gens), lorsqu’on entend ce genre de phrases sortir de la bouche de la personne que l’on aime, cela ne nous atteint et ne nous complexe pas ? Certes, j’ai très certainement entendu ce genre de phrases moins souvent que d’autres. Mais il suffit que de quelques fois, dans la vie d’une personne, pour déclencher des complexes là où on ne se posait pas (ou peu) de questions avant. Se faire rabaisser, quelques soit son poids, créer des démons intérieurs, un manque de confiance en soi et une envie de changer pour être accepter des autres.

    Au lycée: « J’ai l’air d’aguicher les garçons ? » OK, pour qu’elles me laissent tranquille je vais m’empiffrer, me rendre transparente et m’effacer pour que l’on arrête de m’insulter. (Bien entendu je n’ai jamais réussi à disparaitre, à me faire oublier ou qu’elles me laissent tranquille.)

    Quand mon ex m’a dit que je le répugnais à manger du nutella, j’ai seulement retenu le « répugnante ». En plus, il m’avait dit ça devant d’autres personnes. Ma réaction ? « Il trouve que je suis répugnante ? «  OK je vais tester toutes ces boissons amaigrissantes, je vais sauter un repas, voir deux, manger des légumes, je vais jeter tous mes gâteaux et ce qui semblent faire grossir. « J’aimerais tellement être comme ces autres filles qui n’ont pas les cuisses qui se touchent, qui ont de la poitrine et des fesses musclées. »

    Heureusement, nous nous sommes séparés et j’ai rapidement retrouvé mon appétit, ma gourmandise et surtout j’ai fini par retrouver mes baskets adorées.

    le regard d’une personne qui nous aime tel que l’on est ça aide aussi !

    Je n’aimais vraiment pas l’image de mon corps et comme beaucoup de filles je ne voyais que ce qui me plaisait pas. Ce mot « répugnante » trottait dans ma tête.

    Heureusement, la course à pied et l’amour inconditionnel que j’ai pour le sport en général m’ont aidé à changer.

    Plus je pratiquais, plus je progressais, plus mon corps changeait. Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite mais quelques années après j’ai réalisé que mon rapport à celui-ci avait complètement évolué.

    Je n’ai jamais eu de balance et tant mieux. J’ai juste changé le regard que j’avais sur moi. Je ne peux pas vous donner des chiffres ou faire un avant/après. J’ai simplement appris à l’aimer grâce à ce qu’il me permet de faire.

    J’ai toujours les cuisses qui se frottent en courant, j’ai des traces de vergetures sur le coté de mes cuisses/fesses. Elles ne sont pas énormes mais on peut les voir quand je suis en maillot de bain. C’est le fruit des changements naturelles qui se sont fait sur mon corps et je les accepte.

    J’ai une petite poitrine ? Oui, mais je ne connais pas les problèmes que d’autres filles aux poitrines plus importantes peuvent rencontrer ! Avant, j’aurais aimé me faire opérer, aujourd’hui je n’y pense même plus.

    Mon dos est cambrée ? Toujours, mais aujourd’hui je sais que je ne peux rien y faire et que ma cambrure ne fait pas de moi une « sal*pe ». Et surtout, ma scoliose ne me fait plus souffrir, elle est équilibrée et mon dos est musclé par la natation et les quelques gainages que je fais dans le mois.

    Je suis toujours aussi gourmande et mon alimentation laisse souvent à désirer mais j’apprend petit à petit à manger un peu plus équilibré. Ce n’est pas gagné mais je veux faire plus attention à mes apports pour les courses plus exigeantes qui m’attendent. Je ne le fais pas pour changer mon corps mais pour être plus performante et mieux récupérer de mes entrainements.

    elles se touchent toujours, la première fois que j’ai vu cette photo je me suis dis « OH MON DIEU qu’elles sont moches » et finalement j’me dis qu’elles sont capables de m’emmener sur de belles sorties vélo et course à pied !

    Je pense qu’il faut accepter que tout le monde puisse se sentir mal dans son corps un jour et que nous sommes tous en train d’apprendre à nous aimer tel que nous sommes. Même si parfois, juste avec les yeux, vous ne comprenez pas. « Mais pourquoi elle est mal dans sa peau alors que je révérais de faire son poids ? »

    Nous sommes tellement différents, chacun a ses combats. Et j’aimerais que l’on soit tous capable de s’entraider, de se serrer les coudes, plutôt que de se juger.

    Parce que le regard que l’on pose sur soi est important. Si vous avez besoin de changer quelque chose faites le pour vous, parce que vous sentez que c’est une démarche personnelle: pour votre santé, pour votre bien être, pour vous aimer tel que vous êtes. Parce que vous en êtes convaincu.

    Nous sommes tous capables d’apprendre à nous aimer, quelque soit notre histoire. Vous méritez de vous aimer, vous méritez de vous sentir en phase avec vous mêmes.

    Notre corps nous permet de vivre et d’accomplir de si belles choses ! Alors chouchoutons le ❤.

    Certains me trouveront peut etre pas la mieux placée pour vous écrire tout ça. Mais j’écris cet article pour celles et ceux qui se reconnaitront, celles et ceux qui se détestent (comme je me détestais à une autre époque). J’ai l’espoir de vous aider à travers ma propre histoire.

    On peut s’en sortir et apprendre à se sentir bien dans sa peau.

    Merci à ceux qui m’auront lu et qui auront compris mon message,

    LOVE.

     

    Share: